retour à l’accueil
SeJOURS Balneaires
Thalasso
SeJOURS Ski
ECOTOURISME, CHASSE & PECHE
WEEK-ENDS
CIRCUITS
AUTOTOURS
Sur mesure & groupes
 
précédent
SOFIA
 

La capitale de la République de Bulgarie est la ville de Sofia, (1 096 389 d’habitants, 550 mètres d’altitude). La ville est située dans la plaine de Sofia, entourée: au Nord - par le Balkan, au Sud-Est - par la montagne de Lozen, au Sud - de la montagne de Vitocha, au Sud-Ouest - par la montagne de Lyulin. La plaine est ouverte à l’Ouest-Nord-Ouest vers la ex-Yugoslavie et à l’Est-Sud-Est - vers la plaine de la Thrace. La ville de Sofia se trouve à 55 km de la frontière avec la ex-Yugoslavie, près de Kalotina, à 113 km de la frontière avec la Macédoine, près de Gyuechevo, à 183 km de la frontière avec la Grèce auprès de Koulata – la Tour, à 315 km de la frontière avec la Turquie au poste de contrôle de Kapitan Andreevo, à 211 km de la frontière avec la Roumanie près de la ville de Vidin, à 324 km de celle-ci près de la ville de Roussé, à 392 km de la frontière maritime près de la ville de Bourgas et à 470 km de celle-ci près de la ville de Varna. A proximité de la capitale se trouvent le lac de Pantcharévo et le barrage “Iskar”. Le centre de la ville est traversée par quelques petites rivières, dont les plus connues sont celle de Vladaya (Vladayska reka) et celle de Perlovo (Perlovska reka).

La ville de Sofia a une  histoire de 7000 ans, ce qui la place parmi les villes les plus anciennes en Europe. Au centre de la ville actuel on découvre toujours des objets de la vie quotidienne de l’homme de l’époque néolithique, des vestiges de l’âge de pierre et de l’âge de bronze. Les sources minérales chaudes qui sont en abondance dans la plaine de Sofia s’avèrent la raison principale pour l’établissement de nos ancêtres à cet endroit. La plupart d’elles se trouvent au centre de la ville d’aujourd’hui – à proximité  de l’ancien bain public à l’eau minérale près de la Présidence, au quartier de Lozenets, aux quartiers de Gorna Banya et Knyazhevo. Leur température varie entre 21°C et 42°C.

Les premières tribus qui se sont installées dans la plaine de Sofia, étaient les Thraces de la tribu des Serdes. La ville de Serdica porte leur nom. La tribu des Odrisi s’y installe vers l’an 500 av. J.-C. Ils sont connus comme une ethnie qui a eu son propre royaume. Au 4e siècle av. J.-C., pour une période courte, la ville passe sous le pouvoir de Philippe et son fils Alexandre de Macédoine. En l’an 29 après J.-C., la ville est prise par les légions romains. Durant le règne de l’empereur Trajan (98-117) la ville devint le centre d’une région administrative. Elle prend le nom d’Ulpia Serdica et devient  ville principale de la région. Y sont construites des tours, des remparts, des bains, des édifices administratifs et de culte, une basilique  et un grand amphithéâtre. Au 2e siècle, la ville devint centre de la province de la Dacie Inférieure. Elle s’agrandit au cours d’un siècle et demi. Voilà pourquoi l’empereur Constantin le Grand appelait Serdica “ma Rome”. La ville était petite, mais en même temps, magnifique grâce à son architecture et urbanisation, riche en divertissements, loisirs et vie publique. La ville de Serdica a connu un nouvel apogée durant le règne de l’empereur Justinien, lorsque des remparts imposants l’entourent. Une partie d’eux est encore visible. 
Intégralement conservée et bien restaurée est la Rotonde romaine « Saint Georges » transformée en église précoce et située à nos jours derrière l’hôtel “Sheraton”. La ville est prise par Attila au 5e siècle et récupérée par Byzance après sa mort. Elle continue à faire partie de l’Empire romain d’Orient jusqu’au début du 9e siècle.

Après la fondation de la Bulgarie du Danube en 681, de nombreux souverains bulgares montrent leur intérêt pour Serdica. Le Khan Kroum réussit à l’inclure aux territoires de la Bulgarie en 809. La ville prend le nom de Sredets – ce qui signifiait à la langue d’autrefois “un centre, un milieu”. En effet, la ville est située au centre de la péninsule balkanique. Elle garde ce nom jusqu’en 1018, lorsque la Bulgarie tombe sous la domination byzantine et la ville est nommée Triaditsa, ce qui  signifie “entre les montagnes”. Après 1194, à  la ville restitué  son nom précédent  Sredets.

La ville est assiégée et attaquée à plusieurs reprises par des Magyars, des Serbes et des Croisés. Après la domination byzantine elle  est réinsérée aux territoires bulgares. Cette fois-ci elle porte le nom de Sofia. L’église « Sainte Sofie », existant toujours (à proximité de la Cathédrale  « Saint Alexandre Nevski » donna le nouveau nom à la ville. Sofia devient un centre des métiers et du commerce. Y sont bâtis de nouveaux édifices, des églises à l’intérieur de la ville et aux environs, dont la plus connue est celle de Boyana. Sofia tombe sous la domination ottomane en 1382. Les documents de cette époque,  témoignent de la renommée de la ville, lorsqu’elle est décrite par des épithètes incroyables, exprimant l’admiration du conquérant. Malgré cela, les autorités ottomanes y font beaucoup de changements. Les églises chrétiennes sont négligées ou démolies. Elles sont remplacées par des édifices administratifs, par des mosquées, des hammams, des bazars. Au cours des cinq siècles de domination ottomane, Sofia subit beaucoup de transformations. Les fouilles les plus récentes témoignent de la manière de l’évolution de la ville au fil des siècles. Il y a peu d’édifices conservés de l’époque ottomane. Les autorités turques ont apprécié la situation stratégique de Sofia en tant que carrefour entre l’Occident et l’Orient et  ville importante  de la péninsule balkanique. Celle-ci est transformée en centre artisanal et commercial.

Au 17e siècle Sofia est le marché principal sur les Balkans. Au 18e siècle elle est traversée par la  route, reliant l’Europe à l’Asie Mineure. Au 19e siècle, est inaugurée la première voie ferrée des Balkans, Sofia devient l’une des station  du célèbre “Orient Express”. La ville  est un centre administratif d’un “sandzhak” – une région importante pour l’Empire ottoman. Après la Libération de la Serbie au 19ème  siècle la région de Sofia devint frontalière. La ville est attaquée maintes fois par les kardzhalis –armées  irrégulière de l’Empire ottoman,   faisant des actes de violences et du pillage. Après la libération de la Bulgarie, du jug ottoman, au 19ème siècle, Sofia devient la capitale de la Bulgarie.

Bulgarie Tours la Bulgarie comment réserver ? conditions de vente contactez-nous liens
Bulgarie Tours - 67, rue d'Aguesseau 92100 Boulogne-Billancourt - France / Tel : 01 41 22 94 25
Mentions légales - IM 092120012 - Assurance RCP - Generali
plan du site - infos légales
conception & réalisation medianet